La Grande Artiste KIKID

4 août 2011

sculpture en sacs poubelles noirs

Classé dans : sculpture en sac poubelle noir — admin @ 22 h 14 min

1°   Les Corps  Beaux  Noirs.

Corps Beaux Noirs n° 2.

Corps Beaux Noirs n° 1. Lil'Art Lil’Art, du 5 au 8 mai 2011, du 1O au 13 mai 2012 : installations sur le parvis du Théâtre du Garde chasse

.

 Corps Beaux Noirs n°2

Corps Beaux Noirs n° 2.Les sculptures de KIKI D sont faites en plastique noir, tout simplement en sac-poubelles. Des formes abstraites amènent au rêve et laissent une liberté d’interprétation. Le sac-poubelle noir présente une sculpture fière, intéressante voire captivante pour un regard observateur non initié à cette découverte.

KIKI D aime manipuler ce matériau malléable. Plus elle le noue, le tord, plus les plis et les replis se font et se refont sans cesse. Le sac-poubelle trouve une autre vie, un autre temps, il est valorisé en tant qu’œuvre d’art montrant un rythme étonnant plein de reflets noirs. Lorsque la lumière réfléchit la maille du travail, le noir reste noir dans sa totalité mais devient moins noir dans des endroits éclairés par des éclats lumineux.

KIKI D met deux mondes en opposition : celui du sac-poubelle noir en plastique qui apporte une vie simplifiée en proposant de tout jeter facilement et proprement avec celui de savoir-faire ancestraux. En présentant des sculptures répétitives, le spectateur se demande quel est ce matériau et comment il est travaillé. ages, points de couture, crochets… qui proposaient des constructions utiles et valorisantes. Elle remet au goût du jour des pratiques ancestrales et singulières dans le paysage de l’art contemporain. La fierté de se les approprier, de les faire tenir en équilibre apporte la possibilité d’aménager des sculptures mouvantes dont les apparences changent en imposant des nouvelles formes extraordinaires à chaque fois.

A travers la répétition des mailles et des sculptures, KIKI D organise un lourd travail. Tout son corps souffre totalement dépendant des bandes de sacs-poubelles noirs qui dégagent une odeur nauséabonde. Ses doigts, son poignet et son bras souffrent à force de tirer les mailles à l’intérieur d’une autre très étroite pour bien serrer l’ensemble. Son ventre, la profondeur de son corps se donnent à l’œuvre. Une vraie douleur mêlée à une obligation de créer tous les jours se mélange aux formes noires, brillantes et sublimes.

Kiki D présente deux, quatre, huit sculptures appelées Corps Beaux Noirs n°1, 2, 3, qui sont placées comme des personnages ayant l’air de converser secrètement et sans bruit. Des sculptures changent de forme sans cesse. On peux aussi les déplacer tous les jours et les arranger différemment. Chaque sculpture a sa propre identité et fait aussi partie du groupe. Son désir de commencer à montrer l’impossible à voir, l’intérieur de ses sculptures , cette sensation pénible et contradictoire d’être mise à distance et envahie tout à la fois. En mettant aussi l’accent sur un phénomène de réitération, sur une répétition du même thème, elle essaie de témoigner d’une interrogation face à l’énigme du visible. Les « Corps Beaux Noirs » sont attirants, le travail de la maille artialise le sac poubelle qui brille resplendissant de fierté face à sa nouvelle vie qui commence.

2° Les Corbeaux Noirs.

Les Corbeaux Noirs.  (dans un appartement)

Les Corbeaux Noirs. (dans un appartement)

Les Corbeaux  Noirs .   (Exposition Parc Badier Sevran).

Les Corbeaux Noirs . (Exposition Parc Badier Sevran).

3° Jardin.

Sculpture au sol: nouages, points de couture…..

Jardin, 2m/2m.

Jardin, 2m/2m.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. Adresse web de rétrolien

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress